Le temps passe… que faire ?


Le temps passe, que faire pour rencontrer quelqu'un

La notion du temps est, je sais, un sujet très difficile pour beaucoup d’entre vous. Le COVID n’a pas aidé, puisque j’entends souvent dans mes séances individuelles cette impression d’avoir "perdu une année". Comme si c’était uniquement la faute de ce foutu COVID.


Mais je crois que nous sommes toutes responsables du temps qui passe. Que c’est dans l’action, le mouvement, la mise en danger que nous pouvons avancer et donc ne pas avoir l’impression de "perdre" notre temps.


Je prends le cas d’une femme qui rencontre un homme. Ils commencent une jolie relation, et puis la notion du temps vient très vite à son esprit. Elle a envie d’aller vite, que les choses avancent, que ça bouge. Elle attend déjà au bout de quelques semaines que sa relation soit construite et stable. Mais elle fait clairement fausse route. Voici deux de ses réactions :

  • "Je ne comprends pas, nous nous sommes vues lundi, et le lendemain, j’ai dû le relancer pour avoir des nouvelles !". Dans cette remarque, elle attend trop tout de suite, imaginant qu’ils doivent dès le début avoir une relation de proximité. Mais lorsqu’on attend, de l’autre, qu’il soit déjà entièrement dans notre quotidien alors que la relation est toute récente, on en oublie que nous sommes deux être bien différents, avec des vies déjà bien différentes, et qu’en début de relation, le temps des rencontres peut être espacé. Et d’ailleurs, c’est recommandable ! Pour ne pas tout dévoiler tout de suite, pour laisser une place au désir, à l’envie de revoir l’autre et d’approfondir avec l’autre.

  • "Je ne comprends pas, nous ne sommes pas follement amoureux alors que nous sommes ensemble depuis 3 semaines. J’envie ce couple que je viens de croiser dans la rue, ils ont l’air d’être tellement heureux". Dans cette réaction, la femme qui parle pense qu’il suffit qu’il y ait de l’émotion pour qu’un couple fonctionne. Mais on ne peut pas aimer ce qu’on ne connaît pas. Dans une relation, il faut du temps. Un temps pour s’apprivoiser, pour se comprendre, pour exprimer ses besoins et donc pour apprendre à danser ensemble. Mais lorsqu’on attend de former déjà un couple solide, eh bien, on n'a pas intégré toute l’implication, les efforts, les discussions, les prises de position qu’implique la construction d’un couple. On a clairement envie d’aller plus vite que la musique.


Ces deux réactions, et il y en a d’autres, sont dictées par l’impatience. Et je vois cette impatience chez beaucoup de femmes célibataires que je rencontre et que j’accompagne. Et pourtant, il est important de se dire que dans toutes relations, le temps est un allié. Répétez-vous cette phrase chaque jour dans le début d’une relation : le temps est un allié. Car ce temps offre la possibilité de connaître l’autre, de découvrir qui il est, de faire des choses avec lui, de parler avec profondeur, de se livrer, de vibrer à deux, de se sentir respecté et en confiance, de respirer, de sentir le manque, d’exprimer ses besoins et ses plus grandes failles… Pour réussir à dévoiler en toute transparence sa personne et découvrir en toute vérité l’autre. Aussi, tant que vous voudrez aller plus vite que la musique dans une relation, vous ne pourrez pas y arriver…


Je sais, d’ailleurs, que cette douleur du temps peut être aussi liée à ce désir immense de porter la vie. Mais si vous n’acceptez pas le temps dans la relation, alors vous risquez de choisir un homme pour les mauvaises raisons. Je vous partage deux réactions que j’ai déjà entendues :


" - Je l’ai choisi, car je sais qu’il sera un très bon père !

- Ah, mais si vous n’arrivez pas à avoir d’enfants, vous l’aurez choisi pour quoi d’autres ?".

Ou bien :

"Je suis pressée, j’ai mon horloge qui tourne, et lui, il ne se décide pas. Du coup, je vais tout arrêter".


Dans ces dialogues et ces phrases, le désir d’enfant est plus présent que le désir de la relation. Comme si ces femmes cherchaient uniquement un géniteur. Mais est-ce vraiment leur désir ? Est-ce vraiment ce qu’elles veulent ? Que feront-elles, par exemple, lorsque leurs enfants ne seront plus à la maison ?


Je sais qu’il y a des moyens modernes pour répondre à ces questions de l’horloge biologique, mais je n’aborderai pas ce sujet délicat ici. Mon désir dans ce sujet, est surtout de vous faire prendre conscience que si vous cherchez un homme à aimer, dans l’idée de pouvoir un jour avoir des enfants, alors il est important d’accepter le temps. Non sans rien faire, mais en construisant votre vie affective. Et c’est là où vous êtes responsable du temps ! Vous n’avez pas le droit d’attendre sans rien faire ! Car c’est de votre responsabilité de tout faire pour avancer et construire quelque chose avec quelqu’un. Vous devez avoir toujours en tête ce désir de rencontre, vous devez faire des rencontres, posez des pas, sortir de votre zone de confort, poser des mots, vous inscrire sur une appli, prendre un verre avec un inconnu, vous intéressez aux hommes que vous rencontrez, creuser, vous interroger, montrer votre vulnérabilité, dialoguer, exprimer vos besoins pour enfin être en train de construire une belle histoire ! Car si le sujet du temps vous questionne, et qu’il ne se passe rien dans votre vie affective, alors c’est à vous de tout mettre en place pour ça avance concrètement ! C’est sur ce temps-là que vous pouvez agir, croyez-moi !


Et donc, si vous avez le désir d’avoir des enfants, vous le devez à vos futurs enfants de tout faire pour construire un couple amoureux et solide (j’emprunte cette phrase à Lise dans ses conseils à la fin de son histoire (épisode 60)).


Combien parmi vous ont rencontré, dialogué, partagé des choses avec un homme ces deux derniers mois ? Si ce n’est pas votre cas, alors mettez sérieusement en route votre moteur, car vous vous le devez à vous-même !

Oui, le temps est une vraie interrogation, une grande souffrance parfois aussi, mais il y a un temps pour vous démener, et un temps pour apprendre la patience. Vous démenez pour vous ouvrir et rencontrer. Et vivre la patience pour construire et apprendre à aimer.


Marie-Liesse


PS : si vous voulez avancer sur ce sujet, je vous donne 3 conseils ici, et aussi j'ai encore quelques dispos pour des coaching !