"La distance ? pour moi ça a été la clé !"



Aujourd'hui, je suis heureuse de vous partager l'histoire de Lise ! Une histoire qui nous montre que la distance peut très clairement aider à construire une relation durable ! Eh oui, la distance n'est pas forcément une mauvaise chose, et Lise l'a même très clairement utilisé pour solidifier sa relation, poser des mots, et savoir où elle allait ! Lise termine son histoire par des conseils très concrets aux femmes célibataires qui ont envie de se lancer et d'avoir des enfants. Je lui laisse la parole...


Je m’appelle Lise et je suis en couple avec Baptiste. Avant de rencontrer Baptiste, j’étais très heureuse célibataire. Ma vie était chouette, elle était active, avec des projets et des copains dans tous les sens. Au cours d’une journée de travail banal, je croise dans les couloirs un homme qui sort de son entretien d’embauche. Nous nous regardons dans les yeux, mais ça s’arrête là. Quelque temps plus tard, je me rends à un dîner chez des amis, et je vois ce même homme. Il s’appelle Baptiste, et il vient d’être embauché dans la même boîte que moi ! Joli clin d’œil. À la sortie de ce dîner, j’ai en tête Baptiste. Sans le connaître, je me dis que j’ai envie de creuser, d’approfondir, d’en savoir plus sur lui. Nous nous recroisons à plusieurs occasions : chez des amis, lors d’apéros, de virées sportives et bien sûr au boulot. À chaque fois, je ressens la même chose : j’ai une très forte attirance pour son charisme et sa personnalité. Un soir, alors que nous nous retrouvions encore une fois chez des amis, nous avons partagé un regard droit et profond, et j’ai compris qu’on pourrait aller plus loin tous les deux. Nous avons donc commencé notre histoire avec beaucoup de légèreté et de simplicité. J’avais envie de vivre le moment présent, de ne pas me poser de questions, et surtout de vivre ce qui était là. Pour débuter, j’étais vraiment attirée par cette énergie particulière qu’il dégageait, mais aussi, je le trouvais très beau. C’était étrange, mais tout m’intéressait chez lui, et j’avais envie de passer beaucoup de temps avec lui. L’enthousiasme était donc au rendez-vous dans ce début d’histoire : apprendre à connaître cet homme que je trouvais top était un délice. Et puis au fur et à mesure, la découverte de nos différences a apporté de l’ajustement et de l’émerveillement. C’est quand même dingue de se dire qu’on avance avec quelqu’un de si différent de nous, mais que ces différences peuvent être une réelle richesse. Et puis j’avais la chance de ne pas avoir de critère particulier en tête, et donc d’avancer beaucoup plus facilement dans cette histoire. Mais j’avais tout de même des valeurs non-négociables : la gentillesse, le fait d’être tournée vers les autres et le courage. Et plus les sentiments ont grandi et se sont développés, plus je percevais ces valeurs chez lui ! De jolis feux verts pour avancer. Au départ, nous vivions dans la même ville et c’était facile de se voir, tout en gardant sa liberté. Nous avons ensuite simplement et naturellement présenté nos amis à l’un et à l’autre. Mais au bout de quelques mois, j’ai eu une opportunité de travail et je suis partie vivre sur un autre continent. Lui était en Amérique et moi en Afrique : un océan nous séparait, et ça a duré plus d’un an ! Régulièrement, nous avons pu nous retrouver pour des week-ends, parfois prolongés, en tête-à-tête. Ces moments un peu magiques ont été, je crois, le meilleur moyen de nous découvrir dans notre intimité. Nous avons veillé à créer des moments uniques et intenses à chaque retrouvaille. En partageant toujours plus ce que nous sommes, tout en vivant simplement aussi le présent. Et puis lorsque nous étions séparés chacun sur son continent, nous en profitions pour faire le point loin de l’autre, pour faire de nouvelles rencontres amicales, et puis aussi pour écouter notre cœur. Je dois avouer que la distance a eu ses avantages et ses inconvénients ! D’abord, j’avais clairement peur qu’il ne soit pas fidèle. Car ayant principalement habité à l’étranger entre mes 20 et mes 30 ans, je voyais des personnes qui vivaient des doubles voire triples vies affectives. Et cette peur, je n’ai pas trop réussi à la gérer. Je la voyais simplement augmenter et diminuer en moi, et je m’étais dit que j’arrêterais la relation si cela devenait trop insupportable. Mais heureusement, j’ai appris à lui faire confiance.


Ensuite, la distance m’a permis de vraiment faire le point sur mon choix. Lorsque nous vivions sur deux continents différents, je me suis retrouvée plusieurs fois dans des situations où par le hasard des rencontres, je me suis faite courtisée. Cela ne m’était jamais arrivé auparavant, et cela ne m’arrivera plus jamais par la suite non plus ! Et de ce fait, cette possibilité de vivre d’autres histoires m’a beaucoup aidée à être sûre de mon choix envers "Baptise". Ce qui est drôle, c’est que depuis le début de notre histoire, j’ai toujours eu besoin de savoir où il en était par rapport à notre relation. Et lui, pas du tout. Aussi, lorsque nous vivions à distance, j’avais vraiment besoin de savoir et de sentir à quel point il était investi affectivement. Savoir s'il se projetait dans notre histoire ou non. Lui, ne voyait pas l’intérêt, et ces discussions n’étaient clairement pas ses préférées. Mais pour pouvoir sentir les choses, comprendre où il était, aller dans une vraie intimité, j’avais ce besoin de créer ces discussions. Aussi, c’était tellement essentiel pour moi, qu’il y avait le droit à chaque retrouvaille ! Je creusais, posais le sujet, approfondissais, le faisais parler… Le temps était compté avant nos prochaines retrouvailles et il fallait aller rapidement à l’essentiel ! Sans ça, j’aurais eu peur que notre histoire reste superficielle et je n’aurais pas pu m’engager à l’aimer réellement. Et je crois que la distance m’a poussé à faire ce point avec lui régulièrement. Car je ne sais pas si j’aurai eu le même courage pour lancer ces discussions si nous avions habité dans la même ville. Je crois même que j’aurai constamment remis à plus tard ce genre de discussions.

Ce qui m'a aidé dans ma relation ? Au début de notre couple, je peux dire qu’un des signes qui m’a poussé à continuer à m’engager, c’est le côté simple de notre relation. Il n’y avait pas de prise de tête. Je ne me faisais pas un sang d’encre sur notre avenir, comment être avec lui, ou bien ce qu’il pensait de moi. Même si bien sûr, j’avais parfois des interrogations, il me semblait que l’essentiel "coulait de source". Cette impression m’a beaucoup rapprochée de Baptise et permis de continuer notre relation le cœur léger. Je ne sais pas si la simplicité de la relation est un bon signe universel, car j’ai des exemples de copines mariées dont la relation a été très compliquée au début avec leur conjoint. Mais en tout cas cela a été décisif pour moi, car je ne sais pas si j’aurais pu continuer à m’engager si cela en avait été autrement. Ce que je retiens aussi, c'est que pour qu’une histoire fonctionne, il faut être soi. Et donc se connaître et se respecter. Car si l'on est extravertie ou timide ça ne se passera pas de la même manière. Mais en se connaissant, on peut connaître ses besoins, ses limites, les respecter, et les exprimer simplement à l’autre pour qu’il apprenne à nous connaître. En se connaissant, on peut aussi savoir si l’on s’exprime mieux à l’écrit ou bien si l’on aime faire des surprises ou encore si l’on a besoin de rentrer dans sa grotte. Avec ces éléments, en se connaissant et en se respectant, on peut tout mettre en place pour déployer la relation. Enfin, il me semble que pour que notre relation se déploie, il a fallu aussi à de nombreuses reprises, surtout au début, poser des micro-choix en faveur de notre couple. S’engager, lâcher prise et "se lancer", faire confiance à l’avenir avec les informations en notre possession sur l’un et l’autre.

Aujourd’hui Baptiste et moi sommes devenus parents. Et je perçois que les difficultés que nous avions ne sont plus les mêmes, elles sont plutôt nouvelles. Elles apparaissent en fonction de notre évolution à chacun, et de ce que la vie nous réserve. Car oui, nous ne restons pas figés, et nous changeons l’un et l’autre, en nous forgeant avec le temps. Et avec cela, nous grandissons ensemble. Aussi, dès qu’une difficulté est "traitée" et dépassée, elle passe heureusement au second plan. Mais la vie de couple, c’est du travail ! Avec de nouveaux challenges qui nous tombent dessus presque quotidiennement. J’aime dire que c’est un peu comme un bateau à voiles qui avance en fonction de la météo et des marins. Aussi, la communication et la volonté sont les clefs pour garder la flamme et rester soudés !


Des conseils pour les femmes célibataires ?

Oui : il faut se jeter à l’eau ! En fonction de ce que vous êtes, c’est certain, mais surtout en se détachant des idées et des schémas tout fait ! Car non, ce n’est pas à l’homme de tout faire. Si quelqu’un vous plaît, alors il faut lui dire ! À mes amies les plus réservées, je leur conseille pour se donner du courage avant de se lancer, de se booster avec des choses qu’elles aiment : un verre de vin, une grande marche dans la nature, un moment pour s’occuper de soi, de son look, une soirée entre copines… Avec ça, elles ont plein d’énergie pour faire ce premier pas. Comme lorsqu’on se prépare pour un grand oral ou un combat de boxe ! Et puis, je dis aussi à mes amies qui rêvent de fonder une famille : vous devez faire ce pas pour vos futurs enfants ! C’est pour eux que vous devez vous lancer ! C’est tellement difficile d’élever des enfants, qu’un conjoint à ses côtés qu’on choisit vraiment ça change tout ! Donc si vous rêvez d’avoir une famille, si vous avez un désir d’enfants, alors lorsqu'un homme vous attire, vous plaît et que vous avez envie de le rendre heureux : eh bien, sautez-lui dessus ! Vous le devez aux enfants dont vous rêvez !

Marie-Liesse