Célibataire et incomprise ?



A l’approche de l’été nous avons toutes des sentiments bien différents : des interrogations, du stress, des angoisses, de l’excitation, de la joie, de la hâte. Et il se trouve que lorsqu’on est célibataire, l’arrivée de cette période peut-être plus difficile à appréhender. Je m’explique.


Regardons le programme de vacances des personnes mariées. Ils passent en général une semaine dans une famille, une semaine dans l’autre et une semaine avec des copains, ou avec leurs enfants. Mais lorsqu’on est célibataire, ce n’est pas vraiment le même schéma : pour certains les vacances en famille c’est hors de question ; pour d’autres leurs amis sont tous en couples et donc ils ne savent pas comment rencontrer de nouvelles personnes ; ou bien pour d’autres le choix est radicale : pas de vacances cet été. Et ces choix, tous très différents, sont en général incompris par leurs proches.


Avoir le sentiment d’être incomprise, c'est une chose que beaucoup de femmes célibataires peuvent éprouver. Comme s'il y avait des non-dits, des tabous ou de l'injustice. Comme si elles avaient envie de crier, de s'exprimer pour être enfin comprises. Comme si elles étaient enfermées dans une bulle, avec le sentiment d’être un extra-terrestre.


"- Pourquoi tu ne viens pas passer une semaine de vacances avec nous ?

- Eh bien parce que pour moi c’est douloureux, ça m’enferme sur moi-même, ça me montre tout ce que je n’ai pas, ça me confronte à ma réalité… et lorsque je suis en vacances, j’ai très envie d’être vraiment en vacances, sans me justifier, sans être triste, sans me comparer..."


Et cette incompréhension je la perçois en lisant vos messages : "merci de mettre des mots sur ce que je vis", "parler de manière optimiste du célibat : ça fait du bien !", "enfin, j’ai l’impression de ne pas être seule !". Vous êtes chacune bien unique, bien différente, et pourtant vous vous retrouvez toute face à des incompréhensions de la part de votre entourage.


Face à cette incompréhension et à ces questions je crois qu’il n’y a qu’une seule recette pour être en paix : parler, s’exprimer, mettre des mots. Comme déjà évoqué dans d’autres articles, le célibat ne peut être compris par ceux qui ne le vivent pas. Pour eux c’est simple, facile même : on choisi quelqu’un et c'est parti. Sauf que ce n’est pas la réalité, ou en tout cas pas celle des personnes qui vivent un célibat long et imposé. Et ça parfois votre entourage ne peut pas le comprendre.


Imaginez : vous avez devant vous un enfant qui ne sait pas encore parler. Il vous montre quelque chose du doigt. Vous essayez par tout les moyens de comprendre ce qu’il montre et ce qu’il cherche à vous dire. Il a un besoin qu'il tente d’exprimer. Mais comme il n’a pas de mot, et que vous n’êtes pas dans sa tête, vous ne pouvez pas le comprendre. Et bien c’est pareil avec le célibat. Plus vous vous cacherez dans votre célibat, plus vous garderez pour vous vos souffrances et vos blessures, moins les personnes en face qui peuvent être vos familles ou vos amis, pourront vous comprendre.


Exprimer son besoin, exister et vivre, ce n’est pas toujours simple, mais c’est ce qui doit vous habiter. C'est ce vers quoi vous devez aller. Et vous pouvez vous entraîner dès maintenant car à l’approche des vacances d’été vous avez peut être des appréhensions. Des sujets ou des personnes que vous n’avez pas envie de confronter. Sauf que si vous décidez de fuir sans donner d’explication, alors ne pensez-vous pas que ce schéma va se répéter à l’infini ? Ne pensez-vous pas que pour être plus libre, plus simple et mieux perçue il est nécessaire d’affronter les choses, de poser des mots, de demander d’être écoutée ? Peut-être que vous ne serez pas tout de suite comprise, mais si vous partez de vous, de votre besoin et que vous parlez avec douceur, alors vous ne serez pas en train de fuir, mais d’exister. Vous, en tant que personne.

EXERCICE : Pour avancer sur ce sujet je vous propose un petit exercice pour vous aider à dire les choses et pour passer un été plus apaisé : 


Est-ce qu’au regard de votre été vous avez le sentiment :

  • de fuir une situation ?

  • ou d’être incomprise par rapport à une décision que vous avez prise ?

>> exemple : ne pas aller aux vacances familiales, refuser de garder votre neveu, privilégier une semaine avec des inconnus plutôt qu’avec vos amis...


Par rapport à cette situation, quel est votre besoin ? >> Sans accuser qui que ce soit, mais bien en partant de vous et de ce qui est important pour vous.


Maintenant regardez bien ce besoin et posez-vous cette question : pourquoi ne pas choisir aujourd’hui de faire un pas pour l'exprimer ?


Par exemple : si votre besoin est d’élargir vos cercles car tous vos amis sont en couples. Vous pouvez exprimer ce besoin et dire que vous allez privilégier une semaine de vacances avec des inconnus pour rencontrer de nouvelles têtes.

Ici le besoin est définit (et il y en a peut-être d’autres), et donc l’idée est de pouvoir le dire paisiblement à ceux qui vous entourent, sans qu'il y ait de non-dits. Rappelez-vous dans l’article célibataire et adulte, est-ce possible ? je vous exprimais l’importance de demander votre chambre dans votre famille. Là aussi ça peut être un exemple de besoin à exprimer.

Avec cet exercice, l'idée est de partir de vous, d'exprimer votre besoin, et ainsi d'exister. Non pour être accommodante, non pour être gentille, non pour vous cacher, mais pour être vous. Il peut ensuite y avoir des discussions, des échanges, des désaccords, mais comme vous dites les choses, vous aurez plus de chance d’être comprise et d’être vous-même.


Apprenez à dire, parler, communiquer, car c’est la clé de votre liberté. Et c’est la clé pour être comprise par ceux qui vous aiment.


Vous êtes d’accord pour oser ? Alors foncez !


Marie-Liesse


Rejoins l'aventure sésame !

Les nouveautés, informations et conseils de sésame dans ta boîte mail

© 2019 - sésame

  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn