J'arrête de me regarder le nombril


J'arrête de me regarder le nombril pour  tomber amoureuse

Ce sujet du couple, du célibat, est souvent un peu trop présent dans notre esprit, nous empêchant de vivre, d’être naturel, de faire des projets qui nous font du bien, parce qu’on a toujours en tête ce « et si ». Oui, mais ce « et si » a bloqué beaucoup trop de femme dans une vie étroite qu’elles ne voulaient pas vivre…


Alors voilà, si vous êtes là c’est que vous avez très certainement envie d’être en couple. De fonder peut-être une famille, et surtout d’avancer dans votre vie affective.

Ma question est donc la suivante : est-ce qu’à force de penser à votre vie affective, de trop réfléchir, de trop l’avoir en tête et d’en être presque obnubilée, vous ne vous créez pas des peurs encore plus grandes ? A force de pleurer, d’espérer et d’attendre, n’êtes vous pas dans une posture auto-centrée ? A force d’être jalouse, d’envier les autres et de trouver cela injuste, n’êtes vous pas simplement en train de regarder votre nombril ?


Pardon, je sais que c’est violent. Mais voilà, cette semaine une amie m’a secoué, et je crois que ça m’a fait du bien !


Alors je me demande qui vous secoue vous ?


En fait, j’ai conscience que le célibat peut être une vraie et profonde blessure, une souffrance non mesurable, et surtout très, même parfois trop, présente. Mais lorsqu’on pense à ce qu’on n’a pas, est-on disponible pour vivre ce qui est là ? Je ne crois pas. A force de pleurer, et de voir le temps filer, je ne suis pas certaine que nous vivons notre présent. Nous le vivons par procuration puisque nous ne l’habitons pas. Et surtout nous y intégrons des regrets, avec lesquels nous ne pouvons pas avancer.


Aussi, j’ai décidé aujourd’hui d’écrire sur ce narcissique qui prend souvent beaucoup trop de place dans notre vie affective. Comment me combler ? Comment me remplir ? Comment me faire jouir ? Comment puis-je vivre des émotions intenses ? Pourquoi les autres réussissent et pas moi ? Pourquoi je n’ai pas de chance ? Pourquoi ça ne m’arrive pas ?


Mais en se posant toutes ces questions, on pense à qui ? À soi, uniquement à soi ! Mais une relation ça se vit à deux ! Une relation est faite pour rendre l’autre heureux, pour chercher son bonheur, pour le combler, le remplir, le faire jouir. Et à force de trop se regarder, et bien on en oublie notre moitié !


Alors encore une fois pardon pour ces propos, mais j’ai envie aujourd’hui de nous amener toutes à sortir de nous, pour nous ouvrir à l’autre. A sortir de nous-même, à sortir de notre narcissisme, à ne plus regarder notre nombril, et à aller à la rencontre de l’autre, des autres. Et pour ça quoi de mieux que d’aller se donner ? Dans u