"J'ai dépassé ma peur de souffrir"



L'histoire d'aujourd'hui est celle de Manon. Elle nous raconte avec sérénité son histoire de couple. Histoire qui n’a pas toujours été sereine. Une occasion de nous montrer que la confiance, la patience et la décision, sont trois maîtres-mots pour construire un couple durable !


Je m’appelle Manon. Jusqu’à 30 ans ma vie amoureuse était plutôt banale. Pas de grandes et belles histoires d’amour. Plutôt des petits flirts par-ci par-là et des amours platoniques sans grand intérêt. Mais rien de sérieux.

Et pourtant le célibat était pesant pour moi. Je voyais dans mon entourage mes amis et ma famille avancer, construire, avoir des enfants. Et moi j’avais l’impression de stagner. Ma vie était bien remplie, j’avais clairement un réseau de copains bien étoffé et des propositions dans tous les sens, mais sans que rien n’avance sur le plan affectif. J’avais cette impression, comme beaucoup je crois, que tout avançait pour les autres et pas pour moi.


Un jour, une amie organise un week-end spirituel avec des trentenaires. L’occasion pour moi de me retrouver, de prendre du temps, et de me poser. Mais aussi de retrouver des amis, d’ouvrir mes horizons et de passer un bon moment.


J’arrive à ce week-end sans aucune idée en tête. Et là, un ami me présente Xavier. Il se trouve que ce Xavier connaît apparemment pas mal de mes copains. Et là, je ne sais pas comment, mais j’ai comme un truc très fort qui débarque. J’ai un vrai coup de cœur pour lui. Et sans réflexion, en toute simplicité, il m’est paru évident d’aller vers lui et de faire le premier pas. C’est comme ça qu’à la fin du week-end, au moment de partir, j’ai cherché Xavier partout. Mes copains patientaient dans la voiture en se demandant ce que je faisais. J’ai fini par le trouver et là, je ne sais pas par quelle énergie, je lui ai demandé son numéro. Tout naturellement. Alors que pour moi c’était une chose inenvisageable !


Xavier habitait à Lyon et moi à Paris. Mais j’avais compris qu’il était régulièrement de passage à Paris pour des raisons professionnelles. Aussi je lui ai dit : « la prochaine fois que tu passes à Paris, appelle-moi, plutôt que d’autres ! ». Et c’est ce qu’il a fait ! Nous nous sommes revus très vite et ce coup de cœur que j’avais ressenti s’est très clairement confirmé.

De son côté, il a très rapidement dit qu’il avait envie d’avancer et de se lancer sérieusement dans une histoire. Nous nous connaissions à peine. Mais il me disait très concrètement que pour lui le couple ce n’était pas pour fuir la solitude ou sortir du célibat. Il voulait être en couple pour construire, pour grandir, et se laisser la chance d’être heureux. Quand on entend ça dans la bouche d’un homme, ça fait du bien… mais ça fait aussi très peur !


Nous avons donc décidé de nous lancer. De construire quelque chose. Mais à partir de ce moment j’ai été prise d’une très grande peur. J’avais peur d’aller trop vite, peur de souffrir, peur de le faire souffrir… bref la peur prenait une très grande place. C’était un grand saut vers l’inconnu pour moi, et j’étais constamment prise entre deux émotions : l’excitation de vivre cette histoire et la peur de souffrir.


Xavier lui était beaucoup plus paisible, plus sûr de lui et il voulait avancer rapidement. Dès qu’il parlait de fiançailles, engagement, mariage, rencontre des familles… je me mettais à pleurer. J’étais à fleur de peau et mes angoisses prenaient une place vraiment trop importante.


Au bout de quelques temps, nous sommes partis en vacances chacun de notre côté. Le besoin de prendre l’air, de faire le point. Je suis partie en Israël, faire un voyage prévu de longue date. Il est parti en Bretagne pour se former à la voile. Deux semaines l’un sans l’autre. Ce voyage m’a énormément chamboulé. Avec de grosses remises en question. Et j’en étais arrivée à me dire qu’il fallait que j’arrête tout.


Nous nous sommes donc retrouvés après ces vacances. Et là j’ai eu un vrai déclic. Non je ne voulais pas le quitter. Oui j’avais envie d’avancer avec lui. J’étais sereine tout simplement. Prête à parler de l’avenir. A faire des projets. Mais j’avais une condition : que nous rencontrions les parents de l’autre. Pourquoi ? Car j’avais un réel besoin de rencontrer sa famille. De percevoir sa sphère familiale. De voir dans quel environnement il avait grandi. Mais aussi de comprendre la manière dont il se comportait avec ses proches. C’était pour moi indispensable.


A partir de ce moment nous avons construit ce couple en décidant à deux d’avancer. Et nous avons décidé de nous engager. Et dès que cette décision d’engagement a été posée, je suis toujours restée très sereine. Le temps de réflexion que nous avions traversé a été un temps crucial pour notre couple : maintenant j’étais en confiance et je n’avais plus peur d’aimer.


Nous nous sommes donc installés ensemble. J’ai tout quitté à Paris : mes amis, mon appart, mon boulot et mes repères depuis 8 ans. Pour arriver à Lyon, ville que je connaissais que trop peu. Ça a été très difficile pour moi. Je ressentais un déséquilibre : lui ne changeait rien. Il gardait son boulot, son appart, ses amies, son quotidien… et moi j’avais tout laissé derrière moi. Et souvent je trouvais cela très injuste.


Avec le temps, grâce au dialogue, à la communication, et surtout à sa grande délicatesse, tout est devenue plus facile. Et aujourd’hui je me sens vraiment chez moi ! Mais il est vrai qu’à nos âges, 36 et 32 ans, nous avions cumulé des habitudes. Et les changer, s’en défaire, en se forçant à dire les choses, ça peut prendre du temps. Surtout que j’ai la fâcheuse tendance de croire que ce que je ressens est évident pour lui. Et qu’il devrait tout anticiper et tout comprendre. Mais rien ne remplace des mots : dire et partager ce que l’on ressent c’est vraiment la clé !


A toutes ces femmes qui ont envie de se lancer mais qui ont peur j’ai envie de dire : aimer c’est prendre le risque de souffrir ! Osez prendre le risque d’être heureuse. Le début d’une histoire n’est pas rose, au contraire. Les sentiments évoluent, grandissent et deviennent plus matures au fil du temps. J’avais en tête que si une histoire n’était pas évidente et naturelle dès le début, alors ça n’en valait pas la peine. Eh bien je vous assure que c’est faux. Nous avons des doutes et des craintes qui peuvent nous envahir. Mais c’est simplement normal. Il est juste crucial de s’armer de patience et de chercher la confiance. Et cela en passant du temps à deux, en partageant des moments de qualité, en découvrant des choses ensemble dans l’idée de mieux se connaître.


Oui, l’homme n’est pas fait pour vivre seul, mais cela ne signifie pas que tout est facile et lisse quand on est en couple. Car le couple demande des concessions, des ajustements. Mais dès qu’on y parvient, alors c’est un grand bonheur ! Aujourd’hui nous sommes mariés depuis plus d’un an : il y a toujours des difficultés et des différences, mais c’est aussi pour cela que le mariage est beau non ?


Alors, vous êtes prête à accepter de souffrir ? 


>> Si vous êtes en couple je cherche la parole de femmes, pour qu'elles puissent nous raconter la face cachée de leur histoire. Leurs peurs, leur petite voix intérieure, les freins par lesquels elles sont passées et comment elles ont réussi à mettre un pied devant l’autre. Alors n'hésitez plus et contactez-moi par ici !

Belle semaine, Marie-Liesse





Rejoins l'aventure sésame !

Les nouveautés, informations et conseils de sésame dans ta boîte mail

© 2019 - sésame

  • Spotify
  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn