top of page

Et si je changeais de regard sur les imperfections...



Aujourd’hui, je suis confrontée à mes propres imperfections.

À cette capacité que j’ai d’anticiper, mais à mon incapacité d’aller au bout des choses.

Le sujet que je voulais vous livrer aujourd’hui était prêt à être publié, mais je n’ai pas appuyé sur enregistrer.

Vous n’imaginez pas l’énervement que je peux avoir envers moi-même, alors que tout était anticipé depuis deux semaines pour que mon retour de Voyage soit serein.


Mais non… je n’ai pas été jusqu’au bout !


Le plus drôle dans tout ça, c’est que j’avais en tête de parler des imperfections, donc on peut dire que je suis en plein dedans ! Je voulais parler de toutes ces petites choses qui peuvent nous horripiler chez les autres, qui peuvent prendre une place énorme dans un quotidien, mais qui pourtant ne nous empêchent pas d’aimer, au contraire.


Je m’explique.


Dans nos amitiés, nous sommes très souvent face à des personnes charmantes que nous avons choisi, que nous aimons de tous notre cœur, en qui nous avons pleinement confiance, qui nous amènent à nous élever, à nous relever, à nous réveiller, mais qui pourtant par beaucoup d’aspects, nous horripilent. Elles nous horripilent par des petites choses qui sont tout ce que nous ne sommes pas. Elles nous horripilent par des actions qu’elles mènent et qui sont à l’opposé de notre façon de voir la vie.


Par exemple, il y a quelques années, j’étais en coloc avec l’une de mes chères amies, mais comme nous sommes très différentes, il y avait beaucoup de choses chez elle que je ne comprenais pas. Son attrait prononcé pour le ménage, notamment le fait de "kiffer" passer l’aspirateur plusieurs fois par semaine, était bien à l’opposé de ma personne et de mon éducation. Aussi toutes ces petites actions concernant le ménage m’horripilaient énormément. Et pourtant en parallèle elles m’ont permis de grandir, de m’élever, de comprendre et cerner l’importance de prendre ce temps pour le ménage. Alors oui, très clairement j’étais horripilé par ce côté manique, selon moi beaucoup trop présent, mais j’ai appris à jouer avec, à faire avec, à évoluer avec, pour intégrer aujourd’hui à quel point c’est important et beau de prendre soin de son "chez-soi".


Je prends cet exemple parce qu’il est très parlant. Cette colocation a été bouleversante pour moi, car une amie très chère est devenue quelqu’un qui m’agaçait au plus haut point (pardon pour elle). Mais à force de la fréquenter, de me confronter à elle, à tout ce qu’elle est, ce qu’elle porte, ce qu’elle vie, j’ai élargi ma vision du monde. Ma façon de voir les choses a changé et j’ai ouvert mes yeux sur quelque chose d’important qui pourtant m’horripilait.


Il y a dans toutes les personnes que nous croisons, que nous rencontrons, que nous aimons, que nous abordons, des choses qui nous horripilent au plus haut point. Et pourtant si nous dépassons ces petites choses, si nous dépassons ces imperfections, si nous allons voir derrière ce côté négatif que nous voyons chez l’autre, alors nous nous ouvrons au monde. Nous nous ouvrons à la beauté, nous acceptons que cela fasse partie d’eux, nous nous ouvrons à la différence et le positif prend alors une belle place : notre vision du monde s’élargit et nous devenons ainsi bien meilleures.


Et c’est pareil dans les relations amoureuses.

Je vous le dis et vous le répète, les relations amicales et amoureuses ont énormément de points communs. Alors regardez comment vous vous comportez avec vos amis, comment vous jugez ou non les autres, pour prendre conscience que l’homme qui sera dans votre vie aura beaucoup de choses que vous n’apprécierez pas, beaucoup de choses qui vous horripileront, mais vous ferez avec, car ce seront ses petites imperfections. Vous apprendrez à les aimer, à les comprendre, à les intégrer et peut-être que vous y trouverez toute une part de beau.


Et vous d’ailleurs mesdames, vous n’êtes pas parfaite, loin de là. Beaucoup de choses chez vous horripilent ceux qui vous entourent. Pourtant, ça fait de vous quelqu’un de plus beau, de plus sain, de plus profond, de plus vraie, ça fait de vous une personne véritable, forte et vulnérable à la fois. Une personne entière et surtout infiniment aimable.


Arrêtons de chercher tout ce qui ne va pas chez l’autre, essayons plutôt de chercher tout ce qui va, tout ce qui est beau, tout ce qui nous permet de grandir, d’évoluer, d’être meilleure. Et ainsi lorsque nous sommes face à un homme, pour un date ou une rencontre, lors d’une soirée ou d’une discussion, arrêtons de regarder ce qui ne va pas selon notre prisme, mais ouvrons-nous simplement à la gratuité du lien, à la gratuité de la relation, à ce que l’autre a à nous apporter, à nous faire découvrir sur lui, sur les autres et sur le monde. Ouvrons-nous, à tout ce qui n’est pas selon nous parfait, car finalement, cette imperfection peut beaucoup nous apprendre et nous faire voir la vie autrement parfaite.


Marie-Liesse

Comentários


bottom of page