Le célibat et les hommes - Portrait #3




Pour terminer l'année, je vous propose ce nouveau portrait d'homme qui aborde le célibat. L'homme d'aujourd'hui nous partage sa vision, son regard, son unicité sur sa manière de vivre cette période.


Une nouvelle chance de découvrir ce que pense un homme !


Je suis un homme célibataire de 30 ans.


Pour moi, le célibat est une période qui, de normale et facile au début de ma vie d'adulte est devenue pesante et douloureuse à mesure que je grandissais. Mon coeur s’est gonflé de désir : être époux, être père et surtout aimer et être aimé. Je me souviens d'une période où la seule vue d'un couple amoureux, s'embrassant, s'enlaçant ou se tenant simplement par la taille ou par la main, me remplissait d'envie et de tristesse. Les couples me renvoyaient mon célibat à la figure. J'éprouvais douloureusement ma solitude, même si, heureusement, ce n'était pas constamment à mon esprit. Comme beaucoup d'hommes, je pouvais être pleinement à mon travail, mes activités, sans trop y penser. À cette époque il me semblait que le célibat était une prison qui m'empêchait d'être libre et heureux, qui me privait même d'avancer et de faire des projets. Finalement, ce temps de célibat est devenu paisible. J'ai compris que la prison n'était que dans mes pensées. Qu’en fait ce temps m'était donné, rien que pour moi pour apprendre à être un homme et devenir davantage moi-même. En apprenant à me connaître, en découvrant mes forces et en accueillant mes fragilités. En apprenant à être heureux de ce que j'étais, de ce que je faisais et de ce que j’avais. Je comprenais que ce n'était pas parce que je n'étais pas en couple que je devais être malheureux, et que ceux qui étaient en couple n'étaient pas forcément heureux pour autant. Et qu'il était illusoire d'attendre d'être en couple pour vivre "ma vraie vie". Comprendre cela m’a fait arrêté d’attendre de faire "la rencontre avec la femme de ma vie" un objectif absolu. Et du coup, une pression.


Quels avantages à ma vie en solo ?

Je trouve que le célibat est un temps incroyable pour se construire et apprendre à s'aimer. Je pense qu'il faut vraiment mettre à profit ce temps que l'on a rien que pour soi. Quand vient le temps du couple, on n'a de toute évidence moins le temps de faire tout cela. Il ne s'agit pas de se centrer sur soi en se regardant le nombril mais plutôt d'aller puiser les ressources, l’énergie au fond de nous pour être mieux capable de se donner. Ce célibat me permet aussi de me donner aux autres. Je me suis engagé dans plusieurs lieux : des maraudes auprès de personnes de la rue, une association auprès de jeunes en situation de handicap. J'ai découvert que la vie en solo me donnait aussi une vraie disponibilité pour mes amis et pour découvrir de très nombreuses personnes. Cette période me permet d'avoir beaucoup de temps pour des projets, des voyages extraordinaires à l'autre bout du monde, des projets artistiques, comme mettre en scène une pièce de théâtre, tester le chant… Enfin, je crois que le célibat m'a permis de me forger une manière de pensée originale, fondée sur mon expérience et mes valeurs, et qui d'une certaine manière n'appartient qu'à moi. Je pense qu'il est beaucoup plus difficile d'arriver à réfléchir par soi même lorsque l'on se construit dès le début de sa vie d'adulte en couple. Aussi, la femme avec laquelle je passerai ma vie aura la chance d'avoir un original, pas une photocopie !


Qu’est-ce que j’attends du couple ?

Dans le couple, j'attends une femme qui soit une aide qui me soit assortie. Qui m'apprendra à être davantage homme et davantage moi-même. De même, j'essayerai d'aider ma femme à être plus femme et plus elle même. Il me semble que l'on est l'un pour l'autre, le meilleur ami, le premier soutien et le plus grand fan. On est aussi une écoute attentive et non jugeante. Le couple est aussi pour moi le premier lieu pour aimer et être aimé.


Si j’ai des peurs en pensant au couple ?

J'ai toujours dans un coin de ma tête la peur de ne pas être digne d'être aimé pour ce que je suis, de ne pas être aimable ou que la personne que je rencontrerais se rende compte que je ne suis pas assez bien, que je suis un imposteur. J'ai peur aussi de reproduire les échecs de mes relations passées.


Si c’est une priorité pour moi de construire un couple épanoui ?

Oui, c'est une priorité ! Et cela signifie que je mets plus d'énergie, d'engagement et de volonté dans cela que dans d'autres projets. Pour y arriver, j'ai d'abord fait un travail de connaissance et d'estime personnel, seul et en étant accompagné, afin d'être pleinement disponible. Le plus grand enjeu était pour moi de m'accueillir tel que j'étais, avec mes qualités et ma vulnérabilité.

Une fois ce travail avancé, je me suis ouvert à la rencontre. Le fait de m'engager dans différentes activités et de passer du temps avec des amis, m'a donné l'opportunité de rencontrer de nombreuses femmes. Passer du temps avec une femme qui nous plaît dans le cadre d'une activité ou d'un groupe est, je trouve, un premier pas assez simple : on partage du temps ensemble et on apprend à se connaître. On voit bien alors si la personne nous plaît ou non.


Si je suis impressionné par les femmes ?

Bien sûr ! Beaucoup de femmes m'impressionnent. La plupart du temps, c'est quand celles-ci mettent une distance, soit par un excès de timidité, soit par un excès de présence qui ne laisse que peu de place à la discussion. J'ai besoin, comme sans doute beaucoup de personnes, de voir que la personne est accessible et qu'un échange équilibré peut s’installer. La beauté, le caractère hautain (qui cache souvent une timidité) d'une femme peut parfois m'impressionner et créer une distance. La simplicité d'accès et de discussion, l'humour, la facilité à s'intéresser aux personnes, au contraire me mettent à l'aise et simplifient beaucoup les choses.

Si une femme me plaît, j’essaye de découvrir la personne en face de moi, de passer du temps de qualité avec elle et de ne rien attendre dans un premier temps. Je crois que cela permet de rester libre et de vouloir accueillir la personne en face pour ce qu'elle est et non pour ce qu'elle pourrait nous apporter. Généralement, il est assez facile de voir si la personne a plaisir à passer du temps avec moi ou non. Si c'est le cas et qu'elle me plaît, je vais proposer que l'on se revoit. Sa réponse est généralement assez claire.

Si je plaîs à une femme et si c'est réciproque, j’en suis très heureux et ça me donne confiance en moi. Je me sens plus assuré pour tenter quelque chose et j'essaye alors d'approfondir la discussion et de l'inviter à boire un verre, aller au resto, ou autre. Si ce n'est pas réciproque, j'essaye de mettre une distance et s'il le faut de le dire gentiment mais sincèrement. Sinon, c'est très plaisant.


Mon avis sur les femmes célibataires ?

Beaucoup de femmes se montrent extérieurement disponibles, prennent soin d'elles, cultivent leur unicité, organisent des sorties, des vacances, acceptent ou même proposent des verres. Cette attitude est hyper positive. Certaines se montrent ouvertes a priori mais réservées et ne se risquent à rien. C'est dans ce cas très difficile de s'intéresser à elles car elles ne dévoilent rien de ce qu'elles sont. De l'extérieur, elles peuvent avoir l'air fuyantes, même si elles sont disponibles, parce qu'elles ont peur de franchir le pas, ne veulent pas trop s'engager, hésitent trop longtemps...

D'autres femmes cultivent une forme d'amertume de leur célibat qui les rend parfois un peu tristes et paradoxalement peu disponibles. Leur attention est en effet centrée sur leur manque et la situation dont elles souffrent, plutôt que sur le fait de tenter des rencontres. Le célibat prolongé risque pour elles de devenir un prétexte derrière lequel se réfugier et éviter la rencontre, par peur de s’exposer. D'autres enfin peuvent se montrer très distantes, voire inaccessibles et donnent souvent l'impression d'être très blessées et de ne pas faire confiance. Seul le temps peut nous aider alors à nous apprivoiser.


Si j’ai des critères de la femme "idéale" ?

J'ai depuis longtemps abandonné l'idée de femme idéale mais j'ai gardé quelques critères : rire, pouvoir parler des heures de tout et de rien, pouvoir aussi se taire et se regarder, danser, être attiré physiquement, se sentir bien, non jugé, partager une spiritualité et des valeurs communes, ne pas s'habituer, montrer sa fragilité et accepter celle de l'autre, aimer la vérité plus que les apparences, se remettre en question... Mais bon, il faut accepter de se laisser bousculer par le réel, il est en définitive plus beau que nos critères les plus fous.


Qu’est-ce qui m’aiderait à oser aller vers une relation durable ?

Sentir que la personne en face de moi est là pour me découvrir tel que je suis, sans rien calculer et qu'elle me pardonnera mes maladresses.

Si j’ai une chose à ajouter ?

Je crois profondément que la découverte des besoins et aspirations des hommes mais aussi de leur mode de fonctionnement (et réciproquement des femmes) simplifiera beaucoup la possibilité d'entrer en relation et de se mettre en couple.


Belle fin d'année,

Marie-Liesse




Rejoins l'aventure sésame !

Et reçois gratuitement : 

 

- le carnet de l'audace,

15 pages d'exercices pour prendre soin de toi et choisir d'être pleinement heureuse.

 

- un e-mail chaque lundi avec : 

un article  + un  podcast + une dose de nouveautés ! 

Une nouvelle page va s'ouvrir pour télécharger le carnet ! 

© 2019 - sésame

  • Facebook
  • Instagram
  • Spotify
  • LinkedIn