J’ai été ghostée !


Cet été, j’animais un voyage Sésame avec 7 femmes, lorsque l’une d’elle me demande : "Que faire lorsqu’on est ghostée ?". Sur le moment, certaines femmes du groupe n’ont pas compris sa question alors je lui ai demandé d’expliquer plus précisément sa demande. Elle me dit : "Eh bien par exemple, le mois dernier j’ai échangé avec un gars sur les réseaux, on a décidé de se voir. On a passé une soirée ensemble très sympa. Les jours suivants j’ai essayé de le contacter, mais rien, aucun signe de vie ! C’est ça être ghosté, le gars a fait le mort. Il s’est volatilisé comme un fantôme". Juste après, une des participantes réagit : "Ah bah moi j’ai été ghostée par mon mec. On était ensemble depuis quelques mois. On n'habitait pas dans la même ville, donc on se voyait uniquement le week-end. Et un jour, alors qu’on devait planifier une nouvelle rencontre, il n’a jamais répondu. Il a fait le mort. Il ne répondait pas à mes appels, ni mes sms. Alors qu’on était encore en couple !".


Ghosting : le ghosting est l'acte qui consiste à mettre fin à une relation avec une personne en interrompant sans avertissement ni explication toute communication et en ignorant les tentatives de reprise de contact de l'ancien partenaire.

C’est violent non ?


Quand j’entends ça, j’ai l’impression d’entendre des adolescents de 15 ans me raconter leurs histoires d’amour. Hélas, il ne s’agit pas d’adolescents mais bien d’adultes. Et ici je vous donne des exemples d’hommes qui ont fait les morts, mais ça existe tout autant chez les femmes.


Pourquoi ce phénomène ? Une réponse très simple : la peur.


Les personnes qui ne donnent plus de signes de vie du jour au lendemain sans explication, sont des personnes qui sont immobilisées par leurs peurs. La peur de décevoir, la peur d’affronter l’autre, la peur de faire souffrir l’autre, la peur de devoir se justifier, la peur de parler, la peur d’exister peut-être aussi. Oui, ces personnes ont tellement peur, qu’elles ne préfèrent pas aller au bout des choses, comme des adolescents.


Pourtant, comme je vous l’ai déjà dit, il est important de prendre conscience que si nous n’affrontons pas nos peurs dans nos vies affectives, alors nous ne pourrons JAMAIS construire une relation d’adulte. Alors que je suis persuadée que c’est votre désir le plus cher.


Cette semaine, dans l’un de mes coachings, une femme m’a dit qu’elle n’avait plus beaucoup de nouvelles d’un homme qu’elle avait rencontré lors d’un date. Comme il ne répondait pas ou presque pas, elle m’a avoué vouloir jeter l’éponge et passer à autre chose. En ayant l’impression d’être prise pour une idiote, de ne pas être respectée, elle s’était dit "au suivant". Et là je lui ai dit au contraire : il fallait qu’elle aille l’affronter. En allant discuter avec cet homme, même si, sur le papier, il n’en avait pas envie, elle allait se faire un cadeau à elle-même. Elle allait terminer cette histoire, parler avec lui d’adulte à adulte, et poser des pas pour construire sa prochaine relation de manière saine.


Dans nos relations amoureuses nous pouvons souvent avoir une seule envie : celle de fuir. Mais est-ce la fuite que vous voulez porter comme valeur ? Est-ce sur ces bases là que vous souhaitez construire votre vie affective ? Je ne crois pas.


Aussi, même si vous êtes tétanisée par la peur, vous devez affronter la relation.

  • Si vous avez envie de ghoster quelqu’un : prenez votre courage à deux mains et expliquez-lui simplement que vous préférez arrêter là. Vous ferez beaucoup moins souffrir la personne en lui disant les choses qu’en fuyant. Et vous, vous apprendrez à être adulte dans la relation, à poser des mots, des ressentis, et surtout à conclure la relation avec l’autre, que ce soit après un rendez-vous ou plusieurs mois ensemble.

  • Si vous avez été ghosté par quelqu’un : débrouillez-vous pour avoir une conversation avec lui. Appelez-le, laissez un message vocal, envoyez des sms : mais dites-lui très clairement que vous avez besoin de lui parler, au moins pour bien finir les choses. Vous avez le droit, et même le devoir envers vous-même, de réclamer le respect. Sans respect vous ne pourrez pas accorder votre confiance dans vos futures relations.

Il y a quelques temps, un homme s’est intéressé à moi. Au bout d’un certain temps j’ai fini par me rendre compte que ce n’était pas ça. J’étais bourrée de peurs avant de l’appeler. J’avais peur de sa réaction, de notre conversation, peur aussi qu’il me fasse changer d’avis… bref j’ai pris mon courage à deux mains et je l’ai appelé. Et ce fut une très belle discussion, paisible, respectueuse, bref, j'ai terminé les choses. Et le plus dingue, c’est qu’il m’a remercié ! Il m’a dit qu’il avait été bluffé car j’aurais pu lui envoyer un sms ou une carte postale pour lui dire que c’était fini, mais que j’avais choisi de faire le plus dur : l’appeler. Et c’est là que je me suis rappelé, que plus jeune, j’aurais été du genre à fuir, à ne pas affronter mes peurs, mais qu’aujourd’hui j’ai ce désir immense d’agir comme une adulte. En agissant comme cela, je choisis que la fuite ne fasse pas partie de mes valeurs, et je prends le temps d’affronter ce qui me terrifie pour incarner comme valeur le dialogue. Je ne dis pas que je fais mieux que d’autres, mais je vous montre encore une fois que j’avance avec vous, et que je mets en place ce que je vous encourage à déployer dans vos vies !


Aussi, si vous avez des personnes qui ont vécu ou qui ont provoqué un ghosting, osez leur proposer de devenir adultes dans leurs relations, car ce n’est que comme ça que vous réussirez à construire une relation amoureuse épanouie et harmonieuse.


Belle semaine,

Marie-Liesse




Rejoins l'aventure sésame !

Et reçois gratuitement : 

 

- le carnet de l'audace,

15 pages d'exercices pour prendre soin de toi et choisir d'être pleinement heureuse.

 

- un e-mail chaque lundi avec : 

un article  + un  podcast + une dose de nouveautés ! 

Une nouvelle page va s'ouvrir pour télécharger le carnet ! 

© 2019 - sésame

  • Facebook
  • Instagram
  • Spotify
  • LinkedIn