Je veux être comblée, mais je n’y arrive pas




Le célibat n’est pas une tare. Ce n’est pas un poids, comme un boulet de canon que nous traînons chaque jour avec difficulté. A partir du moment où je choisis d’utiliser le célibat pour arriver au bonheur. A partir du moment, où je décide que ce n’est pas "grave", et que je suis certaine de rencontrer quelqu’un. A partir du moment où je décide que ce temps est bon, et va m’offrir la chance de rencontrer l’homme qui me correspond totalement. Alors à partir de là, je peux vivre sereinement. Je peux vivre mon célibat paisiblement et avec légèreté !


Et pour le vivre avec légèreté, il faut que j’accepte qu’un homme ne me comblera JAMAIS totalement. C’est difficile à entendre, mais c’est la réalité. Demandez aux femmes mariées qui vous entourent : est-ce que leurs maris les comblent totalement ? Est-ce qu’elles n’ont pas un vide qui reste présent ? Un vide qu’elles expriment comme les femmes célibataires : nous naissons seules, nous mourrons seules, nous allons aux toilettes seules. Donc personne sur terre ne nous comblera entièrement. C’est la place réservée à notre solitude. À notre cœur à cœur avec nous-mêmes.


Votre devoir pour votre futur conjoint et pour vous, c’est d’accepter d’être heureuse seule. De choisir de vivre votre vie. De faire des projets. De construire des choses. De rendre service. De vous donner. Et ainsi vous serez épanouie. Ainsi vous attirerez l’homme qui vous correspond. L’homme qui vous aimera pour vous-même. Et il n’aura pas l’impression que vous attendez un sauveur, mais que vous l’attendez lui. Non parce que vous voulez être comblée, mais parce que vous voulez l’aimer. Et il aura devant lui une femme avec une personnalité qui lui correspond. Une femme vivante.


J’entends déjà certaines dire : "oui, mais celles qui sont en couple depuis qu’elles ont 20 ans, elles n’ont pas fait tout ça". Dans ce cas, rappelez-vous comment vous étiez à 20 ans. Faisiez-vous des projets ou viviez-vous dans l’attente ? Etiez-vous pleine de vie ou attendiez-vous qu’un homme vous tombe dessus ? Je pense qu’à 20 ans nous vivons notre vie de manière beaucoup plus légère. De manière beaucoup plus joyeuse. Sans nous soucier du temps qui passe. Sans nous préoccuper de l’après. Et puis les femmes qui sont en couple depuis qu’elles ont 20 ans, elles ont grandi en couple. Se sont construites en couple. Et un jour, si elle n’ont pas fait ce chemin d’être pleinement elles-mêmes, elles vont se poser cette question : qui suis-je ? Car le couple, encore une fois, est bien constitué de deux personnes. De deux personnalités. De deux visions de la vie. D’un homme et d’une femme qui, autour d’un projet commun, ont des centres d’intérêts, des désirs et des passions différents.


Donc dans cette phrase "oui mais celles qui…", il y a une négation. Comme si vous n’acceptiez pas d’être heureuse. Comme si vous étiez en train de vous comparer. Comme si vous redoutiez de faire des efforts, de vous battre, pour construire la vie qui vous ressemble. Construire votre bonheur. Et pourtant j’ai tellement envie de vous crier que votre bonheur est entre vos mains. Que rien ni personne ne pourra vous rendre heureuse. Ces personnes ou ces biens pourront y contribuer. Mais ils ne pourront vous rendre pleinement rayonnante.


Avant, je me disais souvent "il ne m’arrive jamais rien dans ma vie sentimentale". J’utilisais ici le négatif. Pourquoi ? Parce que je voyais que ce qui m’intéressait. Et pourtant. Pourtant il se passait des choses. Mais je fermais les yeux. Comme si j’avais des œillères. Comme si je refusais de voir la réalité. Car quand j’y repense, à cette époque il se passait des choses. Je me faisais séduire. Des hommes me proposaient des verres. J’avais des attentions particulières. Des signaux plus ou moins visibles. Oui, mais ces hommes-là ne m’intéressaient pas. Ou en tout cas je ne voulais pas leur porter d’intérêt. Donc dans ma tête il ne se passait rien. Alors qu’en réalité il s’en passait des choses !


Si vous êtes encore célibataire, c’est que vous n’avez pas encore choisi. La société, le poids du regard des autres et votre propre pensée, vous font penser que vous n’avez pas été choisie. Mais sortons nous ça de la tête : ce n’est pas parce qu’on n'a pas été choisie, mais parce que notre choix n’a pas encore été posé. C’est un choix que nous devons poser. En retirant nos œillères et en ouvrant nos yeux.

Si vous vous dites des phrases négatives. Si vous vous répétez des phrases qui vous freinent. Alors ce sont ces phrases qui gagneront. Car vous répétez tellement ces phrases, que maintenant vous y croyez. Elles sont inscrites dans votre inconscient, et celui-ci vous répète à longueur de temps "je n’y arriverai pas", "on ne s’intéresse pas à moi", "je suis nulle, moche, non aimable…". Mais reprogrammez votre inconscient. Ne lui dites plus jamais des phrases négatives. Et répétez chaque jour "je vais y arriver". "Je vais rencontrer un homme". "Je vais construire un couple qui me ressemble". "Je vais être pleinement épanouie dans mon couple". "Je suis une bombe". "Je suis une femme magnifique". "Je suis maître de ma vie". "Je suis maître de mes pensées". Osez y croire ! Et plongez dans votre liberté, dans votre bonheur en construisant la vie qui vous ressemble.


Car oui, je suis certaine de rencontrer quelqu’un. Car oui j’ai autant de chance d’être aimée que les autres. Car oui c’est à moi de choisir. Nous avons toutes la même chance d’aimer et d’être aimée. Toutes. Sans exception. Et je vous demande d’y croire. Je vous demande d’y croire profondément. Et de vous le répéter.


Pour terminer, je vous propose donc un exercice tout simple. Sur une feuille, écrivez les phrases négatives que vous vous répétez. Ces petites phrases que votre inconscient répète et re-répète.


Prenez le temps de les écouter et de les écrire. Toutes.


Et lorsqu’elles seront posées, je vous propose de réécrire cette même phrase mais en positif. Par exemple, si la phrase négative est : "je n’arriverai jamais à être en couple" alors écrivez "je serai très bientôt en couple avec un homme qui me correspond".


Cette phrase positive, est ce que vous voulez vivre. Sans freins, juste votre désir. Une phrase que vous allez délicatement imprégner. Qui va faire partie de vous. Une phrase que vous allez décider de croire. Choisir de croire.


A la fin de cet exercice, prenez un joli papier. Et écrivez cette ou ces phrases. Puis mettez ce papier sur le miroir de votre salle de bain. Ou bien écrivez cette phrase au rouge à lèvres sur ce même miroir. Et chaque matin en vous regardant dans le miroir, répétez cette phrase, et débutez votre journée avec cette vérité ! Votre vérité. Votre choix, celui d’être heureuse, celui de construire la vie que vous voulez.


Je crois en vous,


Marie-Liesse



Rejoins l'aventure sésame !

Les nouveautés, informations et conseils de sésame dans ta boîte mail

© 2019 - sésame

  • Spotify
  • Facebook
  • Instagram
  • LinkedIn